Gospel Mag

 

Gospel Mag / Blog / Pourquoi éviter de lui tourner autour ?

Pourquoi éviter de lui tourner autour ?

Paula Hendricks MarstellerRelations

Vous allez me prendre pour une folle, mais je ne crois pas qu’il faille tourner autour des garçons. Vous ai-je entendue suffoquer ? Vous devriez vous assoir avant de lire la suite. Aujourd’hui, en effet, J’indique sept raisons pour lesquelles j’ai donné à Dieu le contrôle de ma vie amoureuse. Êtes-vous prête ?

Annonce : Abonnez-vous à la lettre de nouvelles et recevez gratuitement un nouveau livrel (ebook).

1. Je ne m’attends pas à ce qu’un garçon me fasse la cour, je m’attends à Dieu.

Quand vous êtes frustrée qu’un garçon tarde à vous remarquer, souvenez-vous que Dieu contrôle toutes choses :

« Le cœur du roi est comme un cours d’eau entre les mains de l’Éternel : il le dirige à son gré » (Proverbes 21.1).

Si le Seigneur peut toucher le cœur de l’homme le plus puissant du pays, il peut changer le cœur de n’importe quel garçon. Attendez le moment parfait que Dieu a choisi.

2. J’attends d’un homme qu’il me prouve par sa manière de me faire la cour qu’il est un homme attaché à Dieu qui me dirigera et m’aimera de la bonne manière après le mariage.

Imaginons que vous captiez l’attention du garçon qui vous intéresse. Vous commencez à sortir ensemble, puis il vous demande en mariage. Peu après, vous êtes devenue sa femme ! Et après ?

Eh bien, Éphésiens 5.22-33 dit qu’en tant qu’épouse, vous devez vous soumettre à votre mari comme au Seigneur. Mais avez-vous pris l’habitude de vous comporter ainsi pendant les mois ou les années qui ont précédé le mariage ? Était-ce lui qui prenait l’initiative et vous faisait la cour, ou vous qui lui tourniez autour ? N’attendez pas le mariage pour lâcher les rênes. Cela ne marchera pas. Commencez maintenant, et voyez s’il fait le premier pas et vous fait la cour (ou non).

3. Je suis déjà aimée parfaitement et inconditionnellement.

Je n’ai plus besoin de me battre pour attirer l’attention ou trouver un petit ami dont je sois fière. Vous non plus. Écoutez combien le Roi vous a aimée :

« D’un amour éternel, je t’aime, c’est pourquoi je t’attire par l’affection que je te porte » (Jérémie 31.3).

4. Je ne sais pas ce qui est le mieux pour moi, mais Dieu le sait.

Vous est-il arrivé d’avoir des vues sur un garçon avant de vous apercevoir que vous n’étiez pas du tout faits l’un pour l’autre ? Cela m’est arrivé trop souvent. Comme le dit Proverbes 19.2 :

« Dans un désir irréfléchi, il n’y a rien de bon et précipiter les pas fait commettre une faute. »

Dieu, contrairement à nous, connaît toutes choses, y compris le cœur des garçons (1 Rois 8.39b). Vous pouvez lui faire confiance pour qu’il vous conduise et vous protège, même quand vous n’êtes pas consciente d’avoir besoin de protection.

5. Dieu n’a que de bonnes choses en réserve pour ceux qui s’attendent à lui.

Vous pouvez respirer. Psaumes 25.3 dit :

« Aucun de ceux qui s’attendent à toi ne connaîtra jamais la honte. »

Vous pouvez vous appuyer sur cette promesse divine. Bien sûr, cela ne signifie pas que nous obtiendrons toujours ce que nous voulons quand nous le voulons. Dieu ne nous cache pas que nous rencontrerons des difficultés dans ce monde. Mais il fera finalement concourir toutes choses au bien de ceux qui l’aiment (Rm 8.28).

6. Le mariage n’est pas la garantie du bonheur.

Dieu me rappelle souvent cela quand je passe du temps avec des amis mariés. Le mariage offre juste de nouvelles occasions de se confier en Dieu et de se soumettre à lui. Dieu nous a clairement révélé que le but principal du mariage n’était pas notre petit bonheur personnel (désolée de vous décevoir). Nous avons été créées en tant que femmes pour aider les hommes (Gn 2.18). Et dans un sens plus élevé, nous avons été créées pour Dieu, que nous soyons mariées ou célibataires. Si nous sommes mariées, c’est pour donner aux autres une image concrète de l’amour extraordinaire du Christ pour l’Église et de la soumission volontaire de l’Église à celui qui l’a rachetée.

« Je voudrais que vous soyez sans inquiétude… la femme sans mari, comme la vierge, se soucie des choses du Seigneur, afin d’être sainte de corps et d’esprit ; et celle qui est mariée s’inquiète des choses du monde, des moyens de plaire à son mari. Je dis cela dans votre intérêt ; ce n’est pas pour vous tendre un piège, c’est pour vous porter à ce qui est bienséant et propre à vous attacher au Seigneur sans tiraillements » (1 Corinthiens 7.32-35).

7. J’ai besoin de ce temps d’attente pour grandir dans ma confiance en Dieu.

Attendre n’est pas facile. Mais la vie ne sera jamais facile, et nous aurons toujours quelque chose à attendre. Je pense que Dieu est en train de nous préparer pour des situations où nous aurons encore plus besoin de lui faire confiance.

« L’Éternel est bon pour qui espère en lui, pour celui qui le cherche. Il est bon d’attendre en silence le salut de l’Éternel. Il est bon pour l’homme de porter le joug dans sa jeunesse. Qu’il s’assoie solitaire et silencieux, car c’est ce qui lui est imposé ; qu’il mette sa bouche dans la poussière, peut-être y a-t-il de l’espoir ! Qu’il tende la joue à celui qui le frappe, qu’il se rassasie de déshonneur. Car le Seigneur ne rejette pas à toujours. Mais, lorsqu’il afflige, il a compassion selon sa grande bienveillance ; car ce n’est pas volontiers qu’il humilie et qu’il afflige les fils d’homme » (Lamentations 3.25-33).

Cela dit, j’aimerais ajouter que :

1. Confier à Dieu votre vie amoureuse ne signifie pas que tout marchera à merveille, ni que vous obtiendrez ce que vous voulez. Faire confiance à Dieu n’est pas une manière de le manipuler.
2. Le fait que vous et moi ne courions pas après les garçons ne signifie pas que nous ne puissions pas nous montrer amicales ave eux !
3. Il n’y a pas de formule magique. Il s’agit de grandir dans votre relation avec Dieu. Soyez sensible à la direction de son Esprit.

Maintenant que j’ai clarifié cela, j’aimerais entendre vos réactions. Quel point vous parle le plus ? Avez-vous des raisons ou des versets supplémentaires à ajouter à ma liste ?

facebook google twitter
paix, béatitude, paula hendricks

Quand vous choisissez toujours le plus avantageux pour vous-même

mode, théologie, emily jensen

La théologie de la mode – L’utilisation des vêtements à des fins missionnaires