Gospel Mag » Pensées

31 octobre 2020

« Je t’ai connu dans le désert, dans une terre aride. » Osée 13.5

Oui, Seigneur, tu m’as effectivement connu dans mon état de déchéance. Même alors, tu m’as élu pour toi-même. Quand j’étais répugnant et que je me faisais même horreur, tu m’as reçu comme ton enfant et tu as satisfait tous mes besoins criants. Béni soit à jamais ton nom pour cette miséricorde souveraine, riche et abondante.

Depuis, l’expérience de mon cœur a souvent été un désert mais tu as continué de me reconnaître comme ton bien-aimé. Tu as répandu des fleuves d’amour et de grâce en moi pour me réjouir et me rendre fertile.

Oui, lorsque les circonstances extérieures ont connu le pire et quand j’ai erré dans une terre aride, ta douce présence m’a servi de consolation. Les hommes se sont détournés de moi quand le mépris s’est abattu mais tu as soutenu mon âme dans les adversités, car aucune affliction n’affaiblit l’éclat de ton amour.

Seigneur de toute grâce, je t’exalte pour toute ta fidélité envers moi au sein des circonstances éprouvantes. Je déplore de t’avoir oublié, ne fut-ce qu’un instant, et de m’être exalté en moi-même, alors que je devais tous mes biens à ta bonté et à ton amour. Aie pitié de ton serviteur en cela !

Mon âme, si Jésus s’est penché sur toi dans ta bassesse, prends garde à le reconnaître comme tien, à la fois lui-même et sa cause, maintenant que tu traverses une période plus prospère. Que ton succès ici-bas ne t’élève pas au point d’avoir honte de la vérité ou de la pauvre Église avec qui tu t’es associée. Suis Jésus dans le désert. Porte la croix avec lui quand augmente la chaleur de la persécution.

Il t’a reconnue pour sienne, ô mon âme, tant en ta prospérité qu’en ta honte. N’agis jamais avec une traîtrise qui te ferait avoir honte de lui. Puisje avoir davantage de honte à la pensée d’avoir honte de mon Bien-Aimé ! Jésus, mon âme s’attache à toi.

« J’ai tout quitté pour te suivre, Ô Jésus, j’ai pris ma croix.
A toi pour mourir et vivre: Pour toujours j’ai fait mon choix !
La pauvreté, la souffrance, l’abandon et le mépris,
J’ai tout accepté d’avance: Mon bonheur est à ce prix. »
(R. Saillens)

Charles Spurgeon

En naviguant sur nos sites, vous acceptez l’utilisation de cookies.
i Accepter