Gospel Mag » Pensées

28 septembre 2020

« Élie dit sept fois: Retourne. » 1 Rois 18.43

Le succès est certain quand le Seigneur l’a promis. Bien que vous ayez supplié devant le trône de sa grâce pendant des mois sans voir d’exaucement, il est impossible que le Seigneur n’entende pas les cris de son peuple lorsque celui-ci prend au sérieux une question qui concerne sa gloire. Au sommet du Carmel, le prophète continua de lutter avec Dieu. À aucun moment, il ne laissa la place à la crainte de ne pas être accueilli avec sa requête dans les parvis de l’Éternel. À six reprises, le serviteur revint mais, à chaque fois, un seul mot lui fut adressé: « Retourne. »

Nous ne devons pas laisser entrer l’incrédulité. Il nous faut au contraire nous saisir fermement de notre foi, soixante-dix fois sept fois s’il le faut. La foi dépêche une espérance vibrante en lui demandant de surveiller depuis le haut du Carmel et, si rien ne paraît, elle la renvoie sans cesse à son poste d’observation. Loin d’être écrasée par la répétition de la déception, la foi s’en anime pour prier son Dieu avec plus de ferveur. Elle s’en humilie mais ne vacille pas. Ses gémissements se font plus profonds, ses soupirs plus forts, mais elle ne relâche pas sa main ni n’abandonne le combat. La chair et le sang préféreraient obtenir une réponse plus rapide, mais l’âme croyante a appris à se soumettre.

Elle trouve bon d’attendre le Seigneur tout autant que d’espérer en lui. Une réponse qui tarde pousse souvent le cœur à se sonder soi-même, ce qui le conduit à une contrition et à une réformation spirituelle. Des coups mortels sont ainsi infligés à nos corruptions et les sombres recoins de notre imagination sont purifiés. Le grand danger consiste à défaillir et à passer à côté de la bénédiction. Ami lecteur, ne tombez pas dans ce péché, mais persévérez et veillez dans la prière. En fin de compte, un petit nuage apparut, le signe avant-coureur assuré des trombes d’eau qui n’allaient pas tarder.

Pareillement dans votre cas, vous recevrez certainement une marque du bien que Dieu vous réserve. Vous vous relèverez alors, comme un prince qui a prévalu et vous bénéficierez de la miséricorde que vous avez cherchée. Elie était un homme de même nature que nous. Sa puissance avec Dieu ne reposait pas dans ses propres mérites.

Si la prière de sa foi prévalut tellement, pourquoi pas la vôtre ? Invoquez le précieux sang de l’Agneau avec une importunité continuelle et il vous sera fait selon votre désir.

Charles Spurgeon

En naviguant sur nos sites, vous acceptez l’utilisation de cookies.
i Accepter