Gospel Mag

 

Gospel Mag / Blog / Dieu est-il le seul à pouvoir me juger ?

Dieu est-il le seul à pouvoir me juger ?

Trip LeeThéologie

J’aime discuter de ce que Dieu attend de nous, même quand mon interlocuteur n’est pas d’accord avec moi. Les conversations peuvent devenir vraiment tendues – en particulier quand on aborde des questions délicates. Ce n’est jamais agréable de dire à quelqu’un que vous pensez qu’il a tort. Je m’efforce donc de bien choisir mes mots et souligne simplement ce que Dieu dit, plutôt que mes propres opinions. Mais ça ne loupe jamais, à un moment ou à un autre de la conversation, ils sortent leur joker : « Mais la Bible ne dit-elle pas également qu’il ne faut pas juger ? Ça t’arrange de sauter ce verset, hein ? » C’est systématique.

Annonce : Abonnez-vous à la lettre de nouvelles et recevez gratuitement un nouveau livrel (ebook).

En Matthieu 7, Jésus dit : « Ne jugez pas, afin de ne pas être jugés. » Même ceux qui n’ont jamais lu la Bible connaissent ces paroles. C’est peut-être le verset le plus connu aujourd’hui. Mais c’est sans doute aussi le plus mal compris.

Mal comprendre ce verset, c’est mal comprendre la façon dont nous sommes censés nous aimer les uns les autres. Il est donc important de se poser la question : « Que veut dire Jésus quand il nous dit de ne pas juger ? »

Ce que Jésus ne veut pas dire

Le week-end dernier, ma femme et moi avons participé à un atelier sur le mariage dans notre Église. Nous avons scruté notre mariage jusque dans ses moindres recoins et avons discuté des aspects positifs et négatifs. Nous avons eu de nombreuses occasions de nous encourager l’un l’autre, mais également de souligner les défaillances. Ma femme m’a aidé à prendre conscience des domaines où j’ai encore des progrès à faire, où je ne suis pas aussi aimant que je devrais l’être. A-t-elle désobéi au commandement de Jésus de ne pas juger ? Je ne pense pas.

Jésus ne veut manifestement pas dire que c’est mal de porter des jugements moraux. Quelques versets plus loin, il dit à son auditoire de juger avec qui partager la vérité. Et au verset 15 du même chapitre, Jésus les invite à juger ceux qui prétendent être prophètes, pour voir s’ils parlent vraiment de la part de Dieu ou si ce sont des loups déguisés en moutons. Sans parler des nombreux passages de l’Écriture qui nous ordonnent de faire différents types de jugements moraux. Jésus ne veut pas dire que tout jugement est à proscrire. Et si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, ce n’est pas non plus ce que nous voulons dire.

Beaucoup de gens disent qu’on ne devrait jamais juger, mais ils ne le pensent pas vraiment. Ils ne pensent pas que ce soit mal de signaler à la police la présence de trafiquants de drogue devant leur maison. Et ils ne pensent visiblement pas que ce soit mal d’éteindre la télévision quand un prédicateur cupide se met à leur demander de l’argent. Comble de l’ironie, si vous reprochez à quelqu’un de juger, vous êtes en fait en train de porter un jugement sur cette personne. Dans chacune de ces situations, des jugements sont portés sur les actions des autres.

Mais quand le jugement tombe sur vous, c’est automatiquement mal. Qui sommes-nous pour porter des jugements sur les autres ? Réfléchissons à ce que Jésus veut dire quand il nous ordonne de ne pas juger.

Ce que Jésus veut dire

Nous employons le mot juger de nombreuses manières. Nous pourrions parler de juger un numéro de cirque ou de juger un litige. Juger peut donc avoir plusieurs sens différents en français. De même, le mot grec que Jésus utilise pour « juger » ne signifie pas toujours la même chose. Il nous faut donc examiner le reste du passage et de la Bible si nous voulons comprendre ce qu’il veut dire.

Si vous lisez la suite du passage, il devient clair que Jésus vise un type précis de jugement. Il utilise l’image amusante d’un homme qui remarque une paille dans l’œil de quelqu’un, mais ignore qu’il a une poutre dans le sien. C’est comme si un homme entièrement nu vous reprochait de porter un jean troué. Jésus ne condamne pas toute forme de jugement. Il condamne les jugements hypocrites et autosuffisants.

Au verset 5 il dit : « Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil ! » Avant d’essayer de juger les autres, nous devons nous juger nous-mêmes. Les hypocrites soumettent les autres à des exigences qu’ils ne respectent pas eux-mêmes. Et alors qu’ils ont un don particulier pour souligner vos fautes, ils ne sont même pas conscients de leurs propres fautes. Jésus dit que c’est un problème. Et il nous dit que Dieu va nous juger en retour.

Il est ridicule de condamner sévèrement les autres et de les épier comme si votre vie était parfaite. Dieu est le seul juge dont les mains soient propres. Nous avons tous les mains sales.

Remarquez qu’il ne dit pas : « Ôte la poutre de ton œil, et ne t’inquiète pas des autres. » Il dit plutôt : « ôte d’abord la poutre de ton œil ! Alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. » Il nous invite à nous examiner nous-mêmes, et à aider ensuite notre frère.

C’est un manque d’amour, selon moi, de remarquer quelque chose dans l’œil de quelqu’un et de faire comme si de rien n’était. Pourquoi laisserais-je quelqu’un que j’aime continuer à vivre d’une manière dangereuse ? Si je vous aime, je vous dirai la vérité même si ça fait mal. Mais je dois le faire en fonction des exigences de Dieu, et non des miennes. Je dois le faire humblement en reconnaissant que j’ai besoin de la même grâce que vous.

Je vous encourage à obéir à Matthieu 7.1. Mais n’oubliez pas Galates 6.1 : « Frères, si quelqu’un s’est laissé surprendre par quelque faute, vous qui vous laissez conduire par l’Esprit, ramenez-le dans le droit chemin avec un esprit de douceur ». Nous avons besoin les uns des autres.

facebook google twitter
étude de la bible, alyssa poblete

La partie la plus négligée de mon étude de la Bible (Deuxième partie)

relations, flirt, paula hendricks

Cinq façons de le repousser (sans l’écraser)