Gospel Mag

 

Gospel Mag / Blog / Le Dieu qui console

Le Dieu qui console

Christina FoxVie chrétienne

Vous arrive-t-il de passer par des périodes de découragement où vous vous demandez pourquoi votre foi est aussi fragile ? Vous arrive-t-il de vous dire que puisque vous êtes chrétien depuis si longtemps, vous ne devriez même pas lutter, connaître la faiblesse ou être saisi de crainte ? Vous est-il déjà arrivé de vous sentir écrasé par les pressions de la vie et de vous demander ce qui n’allait pas chez vous et pourquoi vous n’aviez pas la paix ?

Annonce : Abonnez-vous à la lettre de nouvelles et recevez gratuitement un nouveau livrel (ebook).

Ayant moi-même dû me battre par intermittence contre la dépression pendant des années, je pourrais répondre oui à toutes ces questions. Je réagis souvent comme si j’étais censée avoir dépassé le stade où j’ai besoin de consolation et d’aide. Dieu est pourtant décrit à de nombreuses reprises dans l’Écriture comme notre consolateur, notre abri, notre aide et celui qui nous guérit. Sans doute parce que nous avons besoin de réconfort, de guérison, d’aide et de protection. Autrement dit, s’il nous offre son amour et sa compassion, c’est certainement que nous ne cesserons jamais d’en avoir besoin.

Le Dieu qui nous console

La vérité, c’est que nous vivons dans un monde entaché de péché où rien ne marche comme il faut. Nous luttons dans notre travail, nos relations, notre santé et bien d’autres domaines. Satan essaie de nous faire oublier que nous vivons dans un monde déchu. Il préfère que nous pensions que nous pouvons maîtriser le chaos et trouver une formule qui donne une cohérence à notre vie. Mais comme le dit Paul en Éphésiens 6, nous sommes dans un conflit spirituel et devrions nous attendre à des flèches, des épines, des épreuves et des persécutions. Jésus a dit que dans cette vie nous aurions des difficultés et des épreuves (Jean 16.33). Il y aura des moments où nous serons découragés, tristes et effrayés. La vie est parfois très dure et nous nous sentirons accablés et épuisés.

Mais Dieu est toujours compatissant. J’aime l’histoire d’Élie à qui Dieu a donné du repos quand il en avait besoin. Aucun reproche. Aucune question au sujet de sa faible foi. Dieu se contente de lui donner ce dont il a besoin au moment où il en a besoin. « Élie prit peur et s’enfuit pour sauver sa vie… Il se coucha et s’endormit sous le genêt. Soudain, un ange le toucha et lui dit : “Lève-toi et mange !” Il regarda et aperçut près de sa tête un de ces gâteaux que l’on cuit sur des pierres chauffées et une cruche pleine d’eau. » (1 Rois 19)

Même les géants de la foi ont eu besoin d’être réconfortés. Paul, en 2 Corinthiens 7, parle de luttes et de craintes, mais aussi de la façon dont Dieu l’a réconforté : « à notre arrivée en Macédoine, nous n’avons pas eu un instant de repos, nous avons connu toutes sortes de détresses : conflits au-dehors, craintes au-dedans. Mais Dieu, qui réconforte ceux qui sont abattus, nous a réconfortés par l’arrivée de Tite. » (v. 5-6) Tite a encouragé Paul en lui donnant de bonnes nouvelles de l’Église de Corinthe. L’Église de Philippes est également venue au secours de Paul en subvenant à ses besoins quand il en avait grand besoin : « Pourtant, vous avez bien fait de prendre part à ma détresse. Comme vous le savez, Philippiens, dans les premiers temps de mon activité pour la cause de l’Évangile, lorsque j’ai quitté la Macédoine, aucune autre Église n’est entrée avec moi dans un échange réciproque de dons matériels et spirituels. Vous seuls l’avez fait. Pendant mon séjour à Thessalonique, vous m’avez envoyé, par deux fois, des dons pour subvenir à mes besoins. » (4.14-16)

Parfois Dieu réconforte en apportant de la nourriture et du repos, comme dans le cas d’Élie, et d’autres fois en envoyant un frère ou une sœur en Christ, comme dans le cas de Tite. Dieu nous console par son Esprit et nous donne la force d’accomplir ce que nous ne pourrions pas faire par nous-mêmes. Il nous réconforte également par la présence de ceux que nous aimons. Il nous console par sa Parole quand nous lisons et nous souvenons de tout ce qu’il a fait pour nous en Christ. Il nous console au moyen des paroles d’un ami. Il répond à la prière et nous donne la paix à des moments où celle-ci semble hors de portée. Il pousse un frère ou une sœur en Christ à nous appeler au moment précis où nous avons le plus besoin d’un ami. D’une multitude de façons, Dieu est notre réconfort, il est pour nous « un rempart, un refuge, un secours toujours offert lorsque survient la détresse » (Ps 46.1).

Un réconfort pour les autres

Cette consolation que Dieu nous donne ne s’arrête pas avec nous. Elle nous est donnée afin que nous puissions la transmettre à d’autres. « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père qui est plein de bonté, le Dieu qui réconforte dans toutes les situations. Il nous réconforte dans toutes nos détresses, afin qu’à notre tour nous soyons capables de réconforter ceux qui passent par toutes sortes de détresses, en leur apportant le réconfort que Dieu nous a apporté. » (2 Corinthiens 1.3-4)

Nous pouvons consoler les autres de manière pratique comme cela se faisait dans l’Église primitive : « Subvenez aux besoins des saints. Tâchez d’exercer l’hospitalité. » (Romains 12.13) Je n’ai jamais oublié le week-end de Thanksgiving il y a des années alors que mon père était au chômage. J’ai entendu sonner à la porte et à ma grande surprise c’était des enfants de mon groupe d’école du dimanche. Ils tenaient dans leurs bras tout ce qu’il fallait pour un repas de Thanksgiving. Comme les enfants de mon Église, nous pouvons apporter des repas à ceux qui sont démunis. Nous pouvons partager ce que nous avons avec ceux qui en ont besoin, qu’il s’agisse d’argent, de temps, de vêtements ou de tout autre service. Nous pouvons inviter ceux qui sont seuls pour un repas. Il y a de nombreuses manières pratiques de réconforter les autres.

Nous pouvons aussi réconforter les autres avec la source ultime de toute consolation, l’Évangile. Nous pouvons envoyer une carte ou un email pour encourager un ami en lui rappelant qui est le Christ et ce qu’il a fait pour lui. Nous pouvons l’inviter à boire un café et prier avec lui. Nous pouvons lui donner un livre centré sur l’Évangile. Nous pouvons l’appeler pour vérifier s’il va bien et lui dire que nous prions pour lui.

Nous avons tous besoin de réconfort. Tant que nous vivrons dans ce monde, nous aurons toujours besoin de l’aide et de la compassion de Dieu. Que ce soit par sa Parole ou la prière, par un ami ou la générosité d’un inconnu, par un chèque dans la boite aux lettres ou une invitation à un repas, Dieu nous réconforte de diverses manières. Puissions-nous recevoir avec reconnaissance la consolation que Dieu donne et la transmettre à d’autres.

Avez-vous fait l’expérience de la consolation divine ? Comment pouvez-vous alors réconforter quelqu’un d’autre ?

facebook google twitter
méliné, interview, paris, montmartre

Interview de Gospel Mag avec Marcel et Méliné

colossiens, identité, emily jensen

Colossiens 3 : exprimer sa vraie identité