Gospel Mag

 
stripteaseuses, promise bradley

Jésus aime-t-il les stripteaseuses ?

Promise BradleyVie chrétienne

« Jésus aime les stripteaseuses »

Ces mots, écrits en grosses lettres roses, ornaient la couverture d’un tout petit livre noir pouvant être mis dans un sac à main. À l’intérieur figuraient l’évangile de Jean et plusieurs témoignages de personnes autrefois engagées dans l’industrie du sexe qui avaient été sauvées de manière radicale par Jésus. Le petit livre se trouvait là au milieu des rouges à lèvres, des vernis à ongles, des ombres à paupières et autres bonnes choses que nous avions déposées sur le comptoir pour que les femmes puissent les examiner et choisir. La femme qui finalement a choisi le livre était la dernière personne dans le vestiaire de ce club de striptease que je m’attendais à voir entrer en contact avec notre équipe d’évangélisation.

Annonce : Abonnez-vous à la lettre de nouvelles et recevez gratuitement un nouveau livrel (ebook).

« Ne suis-je pas indigne de lui ? »

Elle avait une allure sévère et donnait l’impression de ne pas vouloir qu’on l’embête. Alors quand elle a pris le livre et a commencé à poser des questions, je n’en croyais pas mes yeux. Elle a mis son doigt sur le mot « aime » et a demandé courageusement à notre équipe : « Est-ce qu’il les aime vraiment ? » Ne suis-je pas indigne de lui à cause de ce que je fais ? » Un membre de notre équipe a saisi l’occasion pour commencer à lui dire combien Dieu l’aimait et qu’il nous avait envoyés vers elle pour lui annoncer ce message.

Jusque-là, elle n’avait rencontré que condamnation de la part des chrétiens qui avaient choisi de la rabaisser tout comme les hommes qui l’exploitaient dans les clubs. Elle ne connaissait pas encore le Sauveur qui nous rend libres ; le Sauveur qui nous convainc mais ne nous condamne pas ; le Sauveur qui l’aime si tendrement. Elle ne connaissait pas encore le Père qui l’avait créée et voyait en elle une personne charmante ; le Père qui désire entrer en relation avec elle ; le Père qui désire la bénir ; le Père qui a livré et sacrifié son propre Fils afin qu’elle puisse devenir sa fille. Elle ne les connaissait pas parce que personne ne lui en avait jamais parlé. Elle ne les connaissait pas parce que tous les chrétiens qu’elle avait rencontrés s’étaient associés au monde pour l’avilir. Elle s’attendait à ce que Dieu fasse la même chose.

Une meilleure réponse

En rejetant l’immoralité sexuelle, nous avons tendance à également rejeter les personnes qui sont esclaves de la convoitise et de la perversion, en particulier les femmes et les filles ! Des femmes et des filles qui essayent simplement de survivre dans une culture imprégnée de pornographie. Des filles qui ne connaissent pas la liberté que l’on trouve en Christ parce que nous ne la leur avons pas offerte. Des femmes qui observent l’Église et y trouvent la même attitude avilissante qu’elles ont rencontrée dans les clubs de strip-tease. Où qu’elles aillent, elles se sentent rabaissées à cause de ce qu’elles font. Il est tout à fait compréhensible qu’elles choisissent par conséquent de rester au sein de leur propre culture plutôt que de chercher refuge dans l’Église. La culture populaire leur est familière et l’Église ne ressemble pas du tout à un refuge.

Nous devons avoir une meilleure réponse que cela, et je pense que nous en avons une !

Je suis en première ligne dans ce combat et je dois vous dire que je commence à voir un énorme changement dans la façon dont le corps de Christ traite ces femmes, et cela m’encourage beaucoup ! Christ incite son épouse à aller chercher les filles perdues et à leur parler de son amour. Et j’ai constaté que ça marchait. La femme qui nous a demandé si Jésus l’aimait vraiment ne travaille plus dans l’industrie du sexe. Mais plus important que cela, elle a découvert qu’il l’aimait vraiment.

Un examen de notre cœur

Je veux vous exhorter à examiner sérieusement votre cœur. Posez-vous les questions suivantes :

  • Comment est-ce que je réagis face aux femmes dites « de mauvaise vie » ? Est-ce que je les traite avec compassion ?
  • Quelle est ma première pensée quand je tombe sur le selfie d’une fille peu recommandable ? Est-ce que je la juge ou est-ce que j’en ai compassion ?
  • Quelle est mon attitude envers la fille immorale qui se trouve dans ma classe ? Est-ce que je garde mes distances ou suis-je ouvert à ce que Dieu se serve de moi pour lui parler de son amour ?

Ce sont des questions auxquelles vous devez répondre, parce que ces filles vous posent une autre question : « Est-ce qu’il m’aime vraiment ? »

Laissez-moi vous dire une chose : Dieu les aime autant qu’il vous aime. Pourquoi ne pas aller le leur dire ?

facebook google twitter